Tropique: Sculpter l'espace par la lumière
Switch branches/tags
Nothing to show
Clone or download
Fetching latest commit…
Cannot retrieve the latest commit at this time.
Permalink
Failed to load latest commit information.
acquisition
init
network
photos
start_log
.gitignore
.hgignore
Makefile
README.md
display_modele_dynamique.py
modele_dynamique.py
parametres.py
parametres_vasarely.py
test_coordonees_perceptives.ipynb
test_coordonees_perceptives.pdf
test_modele_dynamique.ipynb
test_modele_dynamique.pdf
workflow.ipynb

README.md

Tropique

Sculpter l'espace par la lumière

Tropique est un environnement que l'on habite, un environnement élastique où les limites de l'espace sont sans cesse remodelés tel une relation directe et intrinsèque entre nous et l'espace. A l'origine de ce projet il y l'intention et la nécessité de créer une pièce mettant en jeu l'espace perçu, autrement dit un espac eque l'on puisse habiter, traverser et où le visuel, le sonore et le kinesthésique sont au centre d……… Tropique est le lieu d'une recherche d'un espace révélant sa nature et ses structures. Tropique s'est tout d'abord de la lumière et de l'air, deux composantes essentielles de notre monde.

Tropique est une installation qui se situe dans la continuité d'une démarche plastique orientée sur la question de l'espace et de la lumière. Ainsi en amont et en parallèle de Tropique des séries nommées Diffraction et Réflexion ont permis de réalisées des installations où l'espace est composé par des transformations (optiques) de la lumière par la matière. Alors que dans ces installations il était mis en relation le matériel et l'immatériel, dans Tropique il s'agissait de constitué un espace seulement constitué d'immatériel.

  • de la ligne à la brume

L'intention première de Tropique fut de densifier l'immatériel pour le rendre palpable, accessible à nos sens, rendre la lumière et le son quasi solide et révéler ce qui est de l'ordre de l'infime, voire ( dans le sens où on perçoit ces choses là dans des situations exceptionnelles) de l'invisible. Pour le son il s'agissait de travailler entre autre sur certaines gammes de fréquences et produire des résonances d'ordres corporelles. Pour la lumière il s'agissait de la rendre palpable dans l'espace, de la révéler le faisceau dans toute sa course, comme on peut l'observer dans certains cas avec le soleil et des nuages.

Sculpter la lumière fut donc la première intention du projet Tropique. Et sculpter la lumière pour constituer un environnement plastique à l'état de l'air. Tropique un environnement que l'on pénètre et où l'espace semble avoir le double statu immatériel / matériel, un espace palpable que l'on a envie de toucher (alors qu'on sait très bien qu'il n'y a rien de solide). La question de sculpter l'espace est à comprendre comme un moyen de modeler l'espace et pour créer des espace architecturé. La notion de sculpture est à interpréter dans le sens où l'on produit un volume constituée de vides et de pleins. LA notion d'espace architecturé est à concevoir comme espace à habiter, espace à l'échelle de nos perceptions et espaces offrant une dimension kinesthésiques.

Les premiers essais de "formes" de lumières projetés ont été fait avec des empilements de traits et constituaient des sortes de membranes créant des strate de lumières ciselées.

Pour rendre cela possible il fallait utiliser des particules en suspensions afin que la lumière puisse s'y réfléchir. Des premiers essais on réalisés avec de la fumée puis de la brume. La fumée offrait un environnement plus solide et plus lumineux donc plus dense et la brume offrait un environnement plus net alors que la fumée produisait un environnement flou et diffus. C'est la brume qui fut retenu pour la précision qu'offrait ce support.

A ce stade du projet, il faut évoquer deux artistes : Ann Veronica Janssens et Anthony Mc Call*. Ann Veronica Janssens pour son travail sur la perception et ces environnements constitués de lumières pures. Et Anthony Mc Call pour ces " Solid light". En effet la solution retenu et l'axe de travail de Tropique posait d'en un premier temps la nécessité et la possibilité de réaliser cette pièce au regard du magnifique travail sur les "Solid light" d'Antony McCall. En effet il n'était pas question de refaire quelquechose qui avait déjà été si bien fait. Ceci à donc été un vrai questionnement qui à conduit à laisser certaines pistes et à en poursuives d'autres. En l'occurrence la piste de courbes à été mise complètement de côté puisque les espaces générée correspondaient au travail d'Antony McCall.

  • nétteté et cisellement

Pour Tropique ce qui a été retenu c'est le travail sur le trait, le rayon lumineux qui associés à la brûme permettaient de constituer un espace ciselé et sous certains axe des ultra-netteté. Cette question de l'ultra netteté a permis de dégager une recherche spécifique et de poursuivre la question du point de vue dans l'espace. En effet dans les séries des Diffraction l'évolution du point de vu offrait une évolution de volumes, passant de la transparences et créant des profondeurs à la réflexion et produisant un renforcement des volumes. Ou encore avec les "Reflexion" dont l'aspect caméléon, avec des surfaces empruntant les "images" de l'environnement fragmentait le volume de l'installation. Avec Tropique les rayons de lumière passe du flou à une extra-netteté en fonction de la position d e l'oeil par rapport à l'angle de projection de la lumière. Et ce passage du flou à l'extra-netteté on pour conséquence de faire évoluer la perception de la profondeur. Ainsi, le flou place le rayon dans notre entourage, la lumière et l'environnement crée est proche. Alors que lorsque le rayon est extra-net, il produit un espace semblant être à l'infini. L'effet de cisèlement de l'espace est produit par ce contraste maximum entre la lumière des rayons lumineux et le noir. Ce cisèlement contribue à l'intention de produire un espace finement constituée de lamèles de lumières et où l'espace est tout autant espace (architecturé) que lumière et non pas surfaces matérielles éclairées.

  • les lames comme simplicité nécessaire L'espace de Tropique est donc un espace minimal, ou espace réduit à sa plus simple expression. La lumière est projeté sous forme de traits, de rayons de lumières. Chacun des rayons de lumière est autant de parois qui scindent l'espace pour créer des espaces. La lumière fait exister l'espace sous formes de parois, le noir, c'est un semblant de vide, un entre-deux. Le fait d'employer des rayons de lumière, c'est utiliser une forme très simple, c'est simplifier la structure de l'espace qui nous entoure habituellement. Ici, dans Tropique on emploi un espace réduit à sa plus simple expression pour tenter de révéler ses structures. De même pour Tropique c'est le blanc pour la lumière et le noir pour l'espace "vide", l'entre-deux, qui a été retenu, pour le même objectif simplifier l'espace résultant.

Laurent:dans l'expo dynamo, les pieces de Morrelet montre une certaine abstraction pour se détacher d'un discours calibré et devenir par ce fait plus accessibles (cf neon + trames )

  • un espace dynamique et mobile

Méthodes: Créer l'espace

  • une lame - multiplicité des perceptions et des espaces - continuité dans le temps (leapfrog newtonien; speed_0 / damp) - un objet dans l'espace=synchronicités sur les VPs

  • des points de vues - une personne (vue subjective, coordonnées perceptives) / non-accidental properties (Biedermann) points de fuite - horizon

  • des lames - aggregation; du cristal au gaz - temps d'émergence (G_*) / stabilisation / cristallisation en rapport avec l'expérience intime du spectateur

  • relations entre des personnes (cellules de voronoï / ombres / rapports intérieur exterieur)

Résutats: Ici et Maintenant

  • rythmicité / son et rapport à l'espace créé / fluctuations perceptives

  • espace cartesien vs perceptif (intime vs externe) / changements de phases / lisibilité par les breaks

  • edge of chaos; auto-organisation de criticalité (Haken) / création d'un organisme intelligent comme extension de notre perception du monde / floïds - chaminade

Dicussion

  • Tropique: une histoire de rencontre art sciences

  • contexte dans l'art cinétique: rapport avec d'autres oeuvres - Vasarely= peinture optique / installations (Etienne - Mc Call) / pourquoi l'immersion - test de Turing/Church

  • quelle est notre connaissance de l'expérience de l'espace aujourd'hui?: rapport avec notre connaissance du système nerveux en science / son traitement dans le monde de l'art

Antony Mc Call : http://www.anthonymccall.com/

Ann Veronica Janssens : https://vimeo.com/user3123692

pyTROPIQUE : le code de Tropique

améliorations possibles:

  • rotation
  • manifold: dynamique rapide autout du sujet / rotation
  • unification des forces pour simplifier le systeme / passage à des forces elastiques type ressort plutot que gravitation
  • ecrire les forces par rapports aux VPs globalement au lieu de séquentiellement
  • structuration
  • doc
  • homeostasie de l'énergie / régler le comportement aux bords