Skip to content
Permalink
Branch: master
Find file Copy path
Find file Copy path
Fetching contributors…
Cannot retrieve contributors at this time
105 lines (56 sloc) 8.15 KB

Code Social - Assemblée Virtuelle

[Version résumée]

Historique

L’histoire de l’Assemblée Virtuelle s’est nourrie d’innombrables rencontres, de multiples collaborations et de plusieurs moments critiques qui ont chacun à leur manière contribué à la faire évoluer dans ses process et dans sa finalité.

Elle est née en 2011, sous l’impulsion de Guillaume Rouyer. Souhaitant sourcer et diffuser ses travaux de recherche au sein d’un espace plus vaste que l’université, il a créé le 31 mai 2011 une association intitulée Politique Alternative, dont le premier projet fut la (quasi) réalisation d’un web documentaire.

Confrontée à des défis techniques, l’Association a évolué vers la création d’un réseau social distribué permettant de relier le monde de la transition. Et a changé de nom …

Depuis 2013, l’Assemblée Virtuelle s’est spécialisée dans l’utilisation des technologies du web sémantique pour assurer l’interopérabilité des systèmes d'information, et ainsi rendre possible le développement de réseaux sociaux distribués.

Aller plus loin

Raison d’être

Contexte

Depuis 1972 et la publication par le Club de Rome du rapport du intitulé « The limits to growth », nous savons que notre modèle de société ne pourra pas se généraliser à l’ensemble des sociétés humaines, ni perdurer, ne serait-ce que localement, de manière indéfinie.

Nous ne sommes pas face à une crise conjoncturelle et sectorielle qu’une alternance politique bien sentie serait en mesure de résoudre. Nous sommes face à la remise en cause d’un modèle de société que l’évolution globale du monde tend à rendre obsolète. Telle est du moins notre hypothèse, et celle-ci nous enjoint de tout repenser.

Aux quatre coins du monde et du web, des myriades d’idées et d’initiatives émergent dans des millions de têtes. En occident, nous serions ainsi plus de 25% à faire partie des « créatifs culturels », une catégorie sociale émergente, extrêmement bigarrée d’un point de vue sociologique, intégrant simultanément quatre pôles de valeurs : les valeurs féminines, le développement durable, l’implication sociétale, le développement personnel.

Ce qu’il manque cependant, c’est l’organisation. Aujourd’hui le web et le monde de la transition, souffrent d’une trop grande fragmentation, résultant essentiellement de leurs structures en “silos”.

Mêmes causes, mêmes effets, mêmes solutions.

Enjeux

Aujourd’hui, notre besoin historique est de trouver [des outils qui permettent] les liaisons, articulations, solidarités, implications, imbrications, interdépendances, complexités.” (Paraphrase d’une citation d’Edgar Morin)

Résoudre ces problèmes suppose selon nous de travailler à une réarchitecturation du web, mais également des structures du monde social.

Les architectures distribuées sont hautement éthiques et efficientes, néanmoins elle supposent le développement de protocoles de reliance, là où les architectures centralisées se satisfont de structures de pouvoir.

Le développement et l’expérimentation de ces protocoles, afin de permettre la reliance de dynamiques autonomes et reliées, constitue l’enjeu majeur de l’Assemblée Virtuelle.

Objectifs

  • Contribuer au décloisonnement et à la (re)décentralisation du web, à l’aide des technologies du web sémantique
  • Contribuer au décloisonnement et à la reliance des acteurs du monde de la transition, à l’aide des approches pair à pair
  • Contribuer au développement d’un réseau social de la transition

Missions

  • La recherche-action, la conception, le prototypage collaboratifs d’outils, de méthodologies et de projets d’innovation sociale et technologique
  • La sensibilisation, l’essaimage, le plaidoyer autour du potentiel et des technologies du pair à pair
  • L’animation d’une communauté apprenante, l’incubation et l’accompagnement d’acteurs souhaitant s’inscrire dans ces logiques.

Modèle Culturel et Artistique

Parce qu’elle fait interagir une pluralité d’acteurs ayant chacun une histoire propre, l’Assemblée Virtuelle puise à une diversité d’imaginaires, de sources d’inspiration, d’univers de valeurs, ce qui en fait sa richesse et sa spécificité :

Le vivant, l’écologie sociale et politique les pensées et mouvements coopérativistes, libertaires, personnalistes, le monde du logiciel libre, celui des communs, le web et le web sémantique, le pair à pair, la théorie des systèmes complexes, les nouvelles formes d’économies écologique, collaborative, circulaire, symbiotique, qui nous permettent de penser d’entrevoir des changements profonds à grande échelle.

Modèle social et humain

Par défaut, l’Assemblée Virtuelle consacre le principe de la production non autorisée, c’est à dire ne faisant pas l’objet d’un processus délibératif ou décisionnel. Les membres de l’AV bénéficient d’une pleine confiance a priori, d’éventuelles régulations n’intervenant qu’a posteriori.

Ce mode de fonctionnement suppose un préalable : la compréhension, l’incorporation, l’appropriation par chacun, du #CodeSocial de l’AV, et de son esprit.

L'Assemblée Virtuelle s'organise sous la forme de cercles autonomes et reliés :

  • Les cercles supports (Administration, recherche de financements, communication, etc.)
  • Les cercles projets (Bus sémantique, Ontologie PAIR, Chemins de la Transition etc.)

Les cercles s'auto-organisent, élisent des référents et documentent leurs activités afin que la communauté puisse se tenir au courant et se synchroniser (Approche stigmergique).

Des réunions inter-cercles peuvent être organisées à l'initiative de chacun des cercles.

Les décisions structurantes sont prises via le mécanisme de l’Assemblée Générale permanente.

Modèle écologique

L’AV produit des technologies, des méthodes, des projets, de la connaissance, du plaidoyer dans la perspective d’une transition au niveau “meta”, incluant la dimension écologique : Les enjeux sociaux, écologiques, politiques, économiques, technologiques (…) sont perçus dans leurs interdépendances.

Nous veillons par ailleurs, autant que faire se peut, à limiter l’empreinte écologique de nos activités.

Modèle technologique

La technique est ici perçue comme un pharmakon (Stiegler), un poison, un remède, l'un ou l'autre, l'un et l'autre. L’enjeu est évidemment de mettre la technique au service de l’humain et de la planète. Nous tâchons de nous situer du côté lumineux de la force. En tous les cas, telle est notre conviction …

Les technologies que nous développons s’inscrivent dans le paradigme du pair à pair, qui permet aux agents de se réapproprier leurs données ainsi que leur souveraineté sur le web. Elles respectent autant que faire se peut des standards ouverts, sont conçues de manière modulaire et sont intégralement publiées sous licence libre.

Modèle économique

L’association a réduit ses charges au minimum et opté pour un modèle économique basé sur la sobriété.

Elle mobilise cependant les moyens nécessaires à son intégrité et à sa prospérité. Il s’agit essentiellement :

  • De dons ponctuels et réguliers (via notamment une stratégie de déploiement basée sur de l’événementiel),
  • De subventions et de mécénats sur projets,
  • De contributions aux communs en provenance d’acteurs exploitant les travaux réalisés par l’AV.

L'Assemblée Virtuelle ne fait pas de prestations. Elle travaille en revanche avec un écosystème de partenaires sur la dimension commerciale de ses projets.

Modèle juridique et financier

Une association loi 1901, d’intérêt général, à but non lucratif, régie par le droit français ainsi que par son #CodeSocial, s’efforçant d’être transparente, éthique et efficiente. Qui produit des communs sous licence libre. Qui ne sera jamais vendue.

Pour aller plus loin et lire l’intégralité du #CodeSocial

You can’t perform that action at this time.