Skip to content
Permalink
main
Switch branches/tags
Go to file
 
 
Cannot retrieve contributors at this time
577 lines (459 sloc) 28.1 KB

Ateliers #BlueHats

2022

25 février : libre

11 février : libre

28 janvier : libre

14 janvier : Stratégie Open Source de RTE

Présentation de la Stratégie Open Source externe de RTE et de sa stratégie interne avec l’initiative DevStudio, afin de permettre à tout salarié de bien développer.

2021

10 décembre : Propriété intellectuelle dans les marchés publics

Propriété intellectuelle dans les marchés publics : rédiger et mettre en oeuvre les documents particuliers.

CANCELED 3 décembre : libre

CANCELED 29 octobre : libre

22 octobre : Présentation des outils et librairies Open Source développés par le médialab de Sciences Po

Le médialab de SciencesPo, fondé par Bruno Latour il y a maintenant une dizaine d’année, est un laboratoire de recherche ayant pour objectif de faire travailler ensemble chercheur·se·s en sciences sociales, designers et ingénieur·e·s. Dans le cadre de ses projets, il conçoit et maintient une multitude d’outils Open Source pour la recherche et la société civile. Faisons ensemble une brève visite guidée de ces différents outils, pouvant aller des applications web destinées aux étudiants jusqu’aux outils en ligne de commande pour la collecte de données en ligne ou aux librairies de code bas-niveau servant à optimiser certains calculs.

8 octobre : Les outils Framasoft dans l’administration publique et présentation de framaforms/Yakforms

Intervention : Les outils Framasoft dans l’administration

L’intervention commencera par un bref rappel historique sur le contexte de la création et le développement de l’association Framasoft, notamment avec l’administration publique.

Un second temps sera consacré au virage pris par l’association en 2014 avec la campagne “Dégooglisons Internet” et son offre de 34 services libres, éthiques, décentralisés et solidaires.

Enfin, un dernier temps sera consacré à la question de l’édition logicielle par une structure d’éducation populaire (avec les exemples de PeerTube, Mobilizon ou Framaforms) afin de souligner les difficultés (financement, gestion communautaire, pérennité, responsabilités juridiques, partenariats, etc) qu’une association comme Framasoft peut rencontrer, spécifiquement dans son articulation avec les services de l’État.

Intervention : Yakforms

Framaforms est un logiciel libre de création de formulaires, lancé par Framasoft en 2016 dans le cadre de sa campagne « Degooglisons Internet », diffusé notamment sous forme de service en ligne https://framaforms.org . Il rencontre rapidement un grand succès, et reste à ce jour une des seules alternatives libres et respectueuses de la vie privée à Google Forms.

Un travail a été réalisé pendant la période 2020-2021 pour faciliter l’essaimage du logiciel et l’émanciper de l’association Framasoft : le logiciel Framaforms est devenu Yakforms. Nous souhaitions pour cette présentation revenir sur l’historique de ce logiciel rendu à sa communauté, sur les possibilités qu’il offre et ses perspectives d’évolution.

  • 11h-11h45 : Framasoft, une plateforme de services et de logiciels à disposition de toutes et tous ? Intervention de Pierre-Yves Gosset, codirecteur de Framasoft
  • 11h45-12h20 : Étude de cas : le logiciel Yakforms. Intervention de Théophile Lemarié, mainteneur de Yakforms et de framaforms.org.
  • Voir le support de présentation

Revoir

24 septembre : Présentation du Standard pour un code informatique public, et retour d’expérience OpenFisca (EN)

English version follows

Le Standard pour un code informatique public est un ensemble de critères qui ont pour vocation d’aider les administrations publiques à rapprocher les politiques publiques avec les logiciels qui les implémentent : le code source du calcul de l’impôt sur le revenu, des prestations sociales, des algorithmes de Parcoursup…

Alors que, de plus en plus, ces logiciels s’assimilent aux règles de la loi qu’ils implémentent, leur contrôle démocratique se déploie doucement : ouvrir leurs codes sources, faciliter la contribution d’autres administrations et de la société civile, et rendre compte de leur utilisation.

Mais si le cadre légal est pourtant déjà là - lois Informatique et Libertés, CADA, Valter, Lemaire, le RGPD - alors pourquoi un déploiement si doux ? Depuis le « Dam », aux Pays-Bas, la Foundation for Public Code nous propose une approche pragmatique par le code, le Standard pour un code informatique public.

La fondation accompagne, depuis 2020, la communauté OpenFisca dans l’adoption du « standard ». Cela tombe bien puisqu’OpenFisca est, justement, un logiciel libre et contributif qui permet de transformer le code de la loi en code informatique, et porté depuis 2014 par l’administration !

Mais qu’en est-il ? Venez le découvrir !

Version française ci-dessus

The Standard for Public Code is a set of criteria intended to help public administrations to reconcile public policies with the software that implements them: the source code for calculating income tax, social benefits, the algorithms used to grant access to higher education, etc.

While this software increasingly assimilates to the rules of the law they implement, their democratic control is yet slowly deployed: the opening of their source codes, the facilitation of contributions by administrations and the civil society, and their democratic accountability.

But if the legal framework is there already —acts Data Protection, CADA, Valter, Lemaire, GDPR— then why such a slow deployment? From the “Dam” in the Netherlands, the Foundation for Public Code offers us a pragmatic code-based approach, the Standard for Public Code.

Since 2020, the foundation has been supporting the OpenFisca community in adopting the “standard”. This is a good thing since OpenFisca is, in fact, a libre and contributive software to write the rules of the law into computer code, and powered since 2014 by the administration!

But where are we at? Come and find out!

10 septembre : Présentation de la Messagerie Collaborative de l’État

Bref historique de la Messagerie Collaborative de l’État (MCE), présentation de l’architecture technique basée sur un socle libre et de la dernière interface totalement intégrée (Suite collaborative).

  • 11h-12h30 dans le salon de visioconférence BlueHats
  • 11h-11h45 : Intervention du Groupe Messagerie et Conférence à Distance, MTE/SNUM avec appui de la société Apitech
    • Présentation de la MCE (ce que c’est / ce que ce n’est pas) et bref historique,
    • Vision stratégique de cette solution de messagerie OpenSource, Patrick Chaléat et Cyril Aeck, Chef et Adjoint du groupe
    • Démo de la solution colaborative conçue autour de cette écosystème, Julien Delamarre & Thomas Payen, DévOps/Team Leader Apitech
  • 11h45-12h30 : Session de questions/réponses
  • Revoir sur le compte Dailymotion d’Etalab
  • Revoir la présentation

25 juin : Quelles motivations pour contribuer à des projets open source ? (suite)

Suite de la présentation de Nicolas Jullien du 9 avril. Vous pouvez consulter l’article à l’origine de la présentation et télécharger une sélection d’articles et de ressources associées.

11 juin : Présentation du pôle EOLE et de www.mim-libre.fr

EOLE est l’acronyme de Ensemble Ouvert Libre et Évolutif. Il s’agit d’un projet collaboratif basé sur la philosophie du logiciel libre. Il est réalisé par le Pôle de compétence logiciels libres du Ministère de L’Éducation Nationale avec l’appui du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Il propose des solutions clé en main pour la mise en place de serveurs principalement pour les établissements d’enseignements et les services administratifs.

Issu du projet éponyme, la méta-distribution EOLE est l’association d’une distribution GNU/Linux (Ubuntu, en l’occurrence) et d’outils spécifiques d’intégration et d’administration développés spécifiquement.

Depuis 20 ans EOLE accompagne les grands projets numériques du Ministère de l’Éducation. L’utilisation des logiciels libres, évolutifs et adaptables, la gouvernance agile au plus près des besoins utilisateurs, la mutualisation des compétences, toutes ses pratiques mise en œuvre par le pôle ont permis de suivre les évolutions des usages numériques sans rupture technologique et à moindre coût.

Eole figure au SILL (Socle Inter-Ministériel Logiciels Libres).

4 juin : Présentation du framework Dash (Plotly.js, React et Flask)

L’application créée dans le cadre de cet atelier est accessible sur github : le-grand-dashbat.

Il est possible de rejouer les différentes étapes du live-code : ici

21 mai : Sauter le pas: faire votre première contribution à un projet open source

Vous en avez envie depuis longtemps et n’avez jamais sauté le pas ? L’objectif de cet atelier est de faire de vous un contributeur Open Source.

L’atelier vous expliquera l’intérêt de contribuer, vous permettra d’identifier les projets auxquels vous pouvez contribuer, les règles à respecter et les outils pour le faire. L’atelier présentera aussi différents programmes permettant de démarrer des contributions et vous fera faire votre première contribution.

Lionel Laské, l’animateur de l’atelier est l’auteur de la plateforme pédagogique libre Sugarizer, membre du board de l’organisation Open Source SugarLabs et mentor pour le Google Summer of Code depuis 2013.

7 mai : Présentation du projet Open Terms Archive

Quel contrat ai-je accepté en utilisant un service numérique ? Les conditions ont-elles changé depuis que j’utilise ces services ? Dans quel sens évoluent-elles ? Sont-elles conformes aux discours de ces acteurs et aux lois qui encadrent leurs pratiques ?

Un outil simple permet désormais de répondre à ces questions : Open Terms Archive.

16 avril : Présentation de cas d’usage de Cozy Cloud

9 avril : Quelles motivations pour contribuer à des projets open source ?

Présentation de l’article de Nicolas Jullien et Karine Roudaut : « Can Open Source projects succeed when the producers are not users? Lessons from the data processing field » (lien sur HAL). Télécharger une sélection d’articles et de ressources à lire en amont.

Intervention de Teresa Gomez-Diaz sur la production de logiciels libres au Laboratoire d’Informatique Gaspard-Monge (LIGM) : lire une description détaillée avec une bibliographie.

26 mars : Atelier sur OW2 Good Governance Initiative

Présentation de l’OW2 Good Governance Initiatve.

12 mars : Atelier de mise à jour RGPD pour Matomo

5 mars : Atelier de découverte de Scenari Opale et point SILL

Opale est un logiciel Scenari utilisé par nombre d’universités, lycées, centres de formations, entreprises, etc. qui permet de créer collaborativement des documents pédagogiques pour la formation présentielle, à distance ou mixte.

Les documents créés peuvent contenir des ressources multimédia, des quiz, des évaluations, et peuvent être générés sous forme de pdf, site web, diaporama ou paquet Scorm intégrable dans Moodle ou autres plateformes LMS.

29 janvier : Atelier de présentation de SambaÉdu

SambaÉdu est une solution de serveurs permettant d’administrer un annuaire Active Directory, un réseau local de petite ou de très grande ampleur. Cette solution propose un ensemble de services conséquent : déploiement automatique de clients Linux/Windows, gestion de salon de visioconférence BigBlueButton, prise en main de postes à distance de façon sécurisée par l’intermédiaire de Guacamole, affichage dynamique.

Orienté pédagogie, SambaÉdu est déployé dans les écoles, lycées et collèges. Cette solution est aussi mise en place dans des CFA, dans des centres du secours populaire, dans des pépinières d’entreprises et des FabLab.

Éric Mercier (ac-versailles) fera la présentation de SambaÉdu puis Denis Bonnenfant (ac-paris) présentera ensuite le projet “connexe” Apache/Guacamole.

  • 11h-12h30 : Intervention de Eric Mercier (Académie de Versailles) et Denis Bonnenfant (Académie de Paris)
  • Projet connexe proposé à la présentation : Apache Guacamole
  • Revoir sur le compte Dailymotion d’Etalab

22 janvier : Présentation de Proxmox

Proxmox est une plateforme opensource (AGPL v3) de virtualisation alternative à VMWare, HyperV, Xen … depuis 2008 qui repose sur Debian. Elle permet la virtualisation de serveurs (machines virtuelles KVM et containers LXC) mais aussi du réseau (VLan, Nat, agrégation de ports, switchs virtuels, …) et du stockage (LVM, ZFS mais aussi iScsi, Ceph, NFS, CIFS, RBD, …) la portant ainsi à une solution d’hyperconvergence.

Une interface web permet de gérer facilement la haute disponibilité (en miroir à 2 hosts ou en cluster à partir de 3 hosts), les transferts de machines entre hosts à chaud, et tout le paramétrage.

Etant opensource, Proxmox n’impose pas les contraintes matérielles (notamment sur le stockage ou le réseau) des solutions propriétaires et permet des architectures ouvertes et peu dépendantes du matériel.

Son API lui permet également d’être pilotée facilement par un outil d’orchestration externe et son export des données de performance natif (InfluxDB) permet de créer des tableaux de bord (par exemple avec Grafana) ou de le connecter facilement à un système de supervision.

Un service d’assistance/support payant est disponible si la communauté de suffit pas.

15 janvier : Présentation de Tuleap, outil de transformation digitale, réalisations agiles et devops (“Application Lifecycle Management”)

  • 11h-12h30 : Intervention de Sébastien Romanet

2020

18 Décembre : OpenMole, les JDEV et plateforme vidéo “Constellation”

4 Décembre : présentation d’Exodus Privacy

Le projet exodus privacy a pour vocation à analyser les pisteurs que l’on peut trouver dans les Apps mobile (android, iOs ce n’est pas possible pour des raisons légales), et consulter les rapports en ligne mais aussi via une application sur votre mobile qui vous permettra d’avoir un rapport détaillé des apps de votre mobile.

Le MENJS est en relation depuis un peu plus d’un an avec l’association exodus privacy afin d’avoir une instance MENJS d’exodus pour que les enseignants et personnels administratifs puissent faire analyser les apps non présente dans les store google et fdroid, notamment les apk achété par les collectivités et établissements scolaire.

Le service exodus peut être relié a un MDM (logiciel de gestion de flotte) afin de comparait via les API exodus/MDM les traceurs et les apps proposé ou installé sur les mobiles

L’association Exodus a été retenu par la fondation AFNIC lors de son appel a projet 2020.

  • 11h-12h30 : Interventions de l’association Exodus

27 Novembre : Wébinaire autour de la gouvernance de logiciels libres liés au secteur public (2/2) (Prodige et Atlasanté)

Atlasante est le système d’information géographique mutualisé des ARS. Lancé en 2010, au moment de la création des ARS, il est aujourd’hui le support d’une trentaine de projets métiers : Ambroisie, DAE, légionellose, Eau potable, Cartosanté, entre autres. C’est aussi un annuaire de données et de services d’accès aux données utiles au domaine de la santé. Le projet s’appuie sur Prodige et Geoclip.

20 Novembre : Présentation des fonctionnalités principales d’XWiki et de nos adaptations en direct sur une de nos instances de préprod.

23 Octobre : Wébinaire autour de la gouvernance de logiciels libres liés au secteur public (1/2) (Geotrek/geonature, Scenari/Opale).

9 Octobre : Wébinaire de prise en main de JOSM

  • 11h-12h30 : Intervention de Delphine Montagne

25 Septembre : Wébinaire : “OpenStreetMap n’est pas qu’une carte, c’est une base de données ouverte”

  • 11h-13h : Intervention de Delphine Montagne
  • Pré-requis : création d’un compte sur OSM, il y a aura un aspect pratique avec création d’au moins une donnée.

17 Juillet : Wébinaire Matomo