Permalink
Find file
Fetching contributors…
Cannot retrieve contributors at this time
269 lines (174 sloc) 9.26 KB
// -*- mode: doc; mode: visual-line; mode: flyspell; coding: utf-8; fill-column: 79; -*-
== Astuces de base ==
Plutôt que de plonger dans l'océan des commandes Git, utilisez ces commandes
élémentaires pour commencer en vous trempant les pieds. Malgré leur
simplicité, chacune d'elles est utile. En effet, lors de mon premier mois
d'utilisation de Git, je ne me suis jamais aventuré au-delà de ce qui est
exposé dans ce chapitre.
=== Enregistrer l'état courant ===
Vous êtes sur le point d'effectuer une opération drastique ? Avant de le faire,
réalisez une capture de tous les fichiers du dossier courant :
$ git init
$ git add .
$ git commit -m "Ma première sauvegarde"
Si jamais votre opération tourne mal, vous pouvez retrouver votre version
initiale, immaculée :
$ git reset --hard
Pour enregistrer un nouvel état :
$ git commit -a -m "Une autre sauvegarde"
=== Ajouter, supprimer, renommer ===
Les commandes ci-dessus ne font que garder traces des fichiers qui étaient
présents lorsque vous avez executé *git add* pour la première fois. Si vous
ajoutez de nouveaux fichiers ou sous-dossiers, il faut le signaler à Git :
$ git add readme.txt Documentation
De même, si vous voulez que Git oublie certains fichiers :
$ git rm kludge.h obsolete.c
$ git rm -r incriminating/evidence/
Git supprime les fichiers pour vous si vous ne l'avez pas encore fait.
Renommer un fichier revient à supprimer l'ancien nom et ajouter le nouveau. Il
y a également le raccourci *git mv* qui a la même syntaxe que la commande mv.
Par exemple :
$ git mv bug.c feature.c
=== Annuler/Reprendre avancé ===
Parfois vous voulez seulement revenir en arrière et oublier les modifications
effectuées depuis un certain temps parce qu'elles sont toutes fausses. Dans ce
cas :
$ git log
vous montre une liste des commits récents, accompagnés de leur empreinte SHA1 :
----------------------------------
commit 766f9881690d240ba334153047649b8b8f11c664
Author: Bob <bob@example.com>
Date: Tue Mar 14 01:59:26 2000 -0800
Remplacement de prinf() par write()
commit 82f5ea346a2e651544956a8653c0f58dc151275c
Author: Alice <alice@example.com>
Date: Thu Jan 1 00:00:00 1970 +0000
Commit initial
----------------------------------
Les premiers caractères de l'empreinte sont suffisants pour spécifier un
commit ; ou alors, copiez et collez l'empreinte en entier. Saisissez :
$ git reset --hard 766f
pour restaurer l'état correspondant au commit donné et supprimer de manière
permanente tous les commits plus récents de l'enregistrement.
Parfois vous ne voulez faire qu'un bref saut dans un état précédent. Dans ce
cas, saisissez :
$ git checkout 82f5
Ceci vous ramène en arrière dans le temps, tout en conservant les commits
récents. Toutefois, comme pour le voyage temporel de la science-fiction, si
vous faites des modifications suivies d'un commit, vous entrerez dans une
réalité parallèle puisque vos actions sont différentes de ce qu'elles étaient
la première fois.
Cette réalité parallèle est appelée une 'branche' ('branch'), et <<branch,nous
en dirons plus après>>. Pour le moment rappelez-vous simplement que :
$ git checkout master
vous ramènera dans le présent. De plus, pour éviter que Git se plaigne,
réalisez toujours un commit ou un reset de vos modifications avant de faire un
checkout.
Pour reprendre l'analogie du jeu vidéo :
- *`git reset --hard`* : recharge une ancienne sauvegarde et supprime toutes
les sauvegardes plus récentes.
- *`git checkout`* : recharge une ancienne partie, mais si vous jouez avec,
l'état de la partie va différer des enregistrement suivants que vous aviez
réalisés la première fois. Chaque nouvelle sauvegarde sera sur une branche
séparée représentant la réalité parallèle dans laquelle vous êtes
entré. <<branch,On s'en occupe plus loin>>.
Vous pouvez choisir de ne restaurer que certains fichiers et sous-dossiers en
les nommant à la suite de la commande :
$ git checkout 82f5 un.fichier un-autre.fichier
Faites attention car cette forme de *checkout* peut écraser vos fichiers sans
avertissement. Pour éviter les accidents, faites un commit avant toute commande
checkout, surtout quand vous débutez avec Git. En général, quand vous n'êtes
pas sûr des conséquences d'une opération, et pas seulement des commandes Git,
faites d'abord un *git commit -a*.
Vous n'aimez pas copier et coller les empreintes ? Alors utilisez :
$ git checkout :/"Ma première s"
pour arriver sur le commit qui commence avec ce message. Vous pouvez aussi
demander la cinquième sauvegarde en arrière :
$ git checkout master~5
=== Reprise (revert) ===
Dans une cour de justice, certains évènements peuvent être effacés du procès
verbal. De même vous pouvez sélectionner des commits spécifiques à défaire :
$ git commit -a
$ git revert 1b6d
défera le dernier commit ayant cette empreinte. La reprise est enregistrée
comme un nouveau commit, ce que vous pourrez constater en lançant un *git log*.
=== Génération du journal des modifications (changelog) ===
Certains projets demandent un
http://en.wikipedia.org/wiki/Changelog[changelog]. Créez-le en tapant :
$ git log > ChangeLog
=== Télécharger des fichiers ===
Faites une copie d'un projet géré par Git en saisissant :
$ git clone git://serveur/chemin/vers/les/fichiers
Par exemple, pour récupérer les fichiers utilisés pour créer ce site :
$ git clone git://git.or.cz/gitmagic.git
Nous aurons beaucoup à dire sur la commande *clone* d'ici peu.
=== Le dernier cri ===
Si vous avez déjà téléchargé une copie d'un projet en utilisant *git clone*,
vous pouvez la mettre à jour vers la dernière version avec :
$ git pull
=== Publication instantanée ===
Imaginez que vous avez écrit un script que vous voudriez partager avec
d'autres. Vous pourriez leur dire de le télécharger de votre ordinateur, mais
s'ils le font au moment où vous êtes en train d'améliorer le script ou d'y
effectuer des modifications expérimentales, ils peuvent se retrouver dans la
panade. Bien sûr, c'est pour cela qu'on a créé la publication de versions
successives. Les développeurs peuvent travailler sur un projet fréquemment,
mais ils ne rendent le code disponible quand lorsqu'ils le trouvent
présentable.
Pour faire ça avec Git, dans le dossier qui contient votre script :
$ git init
$ git add .
$ git commit -m "Première publication"
Ensuite vous pouvez dire à vos utilisateurs de lancer :
$ git clone votre.ordinateur:/chemin/vers/le/script
pour télécharger votre script. En considérant qu'ils ont accès à votre
ordinateur via ssh. Sinon, lancez *git daemon* et dites plutôt à vos
utilisateurs de lancer :
$ git clone git://votre.ordinateur/chemin/vers/le/script
À partir de maintenant, chaque fois que votre script est prêt à être publié,
exécutez :
$ git commit -a -m "Nouvelle version"
et vos utilisateurs peuvent mettre à jour leur version en allant dans leur
dossier contenant votre script et en saisissant :
$ git pull
Vos utilisateurs ne se retrouveront jamais avec une version de votre script que
vous ne vouliez pas leur montrer.
=== Qu'ai-je fait ? ===
Retrouvez les modifications faites depuis le dernier commit avec :
$ git diff
Ou depuis hier :
$ git diff "@{yesterday}"
Ou entre une version spécifique et la version deux commits en arrière :
$ git diff 1b6d "master~2"
Dans chacun de ces cas, la sortie est un *patch* (rustine) qui peut être
appliqué en utilisant *git apply*. Vous pouvez aussi essayer :
$ git whatchanged --since="2 weeks ago"
Souvent je parcours plutôt l'historique avec
http://sourceforge.net/projects/qgit[qgit], pour sa pimpante interface
photogénique, ou http://jonas.nitro.dk/tig/[tig], une interface en mode texte
qui fonctionne même sur les connexions lentes. Autrement, installez un serveur
web, lancez *git instaweb* et dégainez n'importe quel navigateur internet.
=== Exercice ===
Soit A, B, C, D quatre commits successifs où B est identique à A à l'exception
de quelques fichiers qui ont été supprimés. Nous voudrions remettre les
fichiers en D. Comment faire ?
Il y a au moins trois solutions. En considérant que nous sommes à D :
1. La différence entre A et B sont les fichiers supprimés. Nous pouvons créer
un patch représentant cette différence et l'appliquer :
$ git diff B A | git apply
2. Vu que nous avions enregistré les fichiers en A, nous pouvons les
reprendre :
$ git checkout A foo.c bar.h
3. Nous pouvons aussi voir le chemin de A à B comme une modification à
défaire :
$ git revert B
Quel est le meilleur choix ? Celui que vous préférez. C'est facile d'obtenir ce
que vous voulez avec Git, et souvent il y a plein de manières de le faire.
// LocalWords: doc visual-line Git git init add reset hard readme.txt rm mv log
// LocalWords: kludge.h obsolete.c incriminating evidence bug.c feature.c utf
// LocalWords: flyspell coding fill-column sous-dossiers commits SHA ba
// LocalWords: Author Mar prinf write ea dc Alice Thu checkout branch master
// LocalWords: un.fichier un-autre.fichier revert changelog Créez-le ChangeLog
// LocalWords: Télécharger téléchargé télécharger ssh daemon diff yesterday
// LocalWords: patch apply whatchanged since weeks ago qgit tig web instaweb
// LocalWords: foo.c bar.h