Skip to content

HTTPS clone URL

Subversion checkout URL

You can clone with HTTPS or Subversion.

Download ZIP
branch: master
Fetching contributors…

Cannot retrieve contributors at this time

294 lines (205 sloc) 12.403 kb
// -*- mode: doc; mode: flyspell; coding: utf-8; fill-column: 79; -*-
== Clonons gaiement ==
Avec les anciens systèmes de gestion de versions, l'opération standard pour
obtenir des fichiers est le checkout. Vous obtenez un ensemble de fichiers
correspondant à un état particulier précédemment enregistré.
Avec Git et d'autres systèmes distribués de gestion de versions, le clonage est
l'opération standard. Pour obtenir des fichiers, on crée un 'clone' du dépôt
entier. En d'autres termes, il s'agit de faire un
http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_miroir[miroir] du serveur central. Tout ce
qui peut se faire sur le dépôt central peut être fait sur le vôtre.
=== Synchronisation entre machines ===
Je peux imaginer faire des archives *tar* ou utiliser *rsync* pour des
sauvegardes ou une synchronisation simple. Mais parfois j'édite sur mon
portable, d'autres fois sur mon fixe, et les deux peuvent ne pas avoir
communiqué entre temps.
Initialisez un dépôt Git et faites un *commit* de vos fichiers depuis une
machine. Ensuite sur l'autre :
$ git clone autre.ordinateur:/chemin/vers/les/fichiers
pour créer une deuxième copie de ces fichiers et du dépôt Git.
À partir de ce moment,
$ git commit -a
$ git pull autre.ordinateur:/chemin/vers/les/fichiers HEAD
ira chercher l'état des fichiers sur l'autre ordinateur pour mettre à jour
celui sur lequel vous travaillez. Si récemment vous avez fait des modifications
d'un même fichier en conflit entre elles, Git vous le signalera et vous devrez
répéter à nouveau le commit après avoir résolu ces conflits.
=== Gestion classique des sources ===
Initialisez le dépôt Git de vos fichiers :
$ git init
$ git add .
$ git commit -m "Commit initial"
Sur le serveur central, initialisez un 'dépôt nu' (*bare* dans la terminologie
Git) dans un dossier quelconque :
$ mkdir proj.git
$ cd proj.git
$ git init --bare
$ # variante en une ligne : GIT_DIR=proj.git git init
Si besoin, démarrez le démon (service) :
$ git daemon --detach # peut être tourne-t-il déjà
Pour les services d'hébergement en ligne, suivez les instructions fournies pour
mettre en place le dépôt Git initialement vide. En général il s'agit de remplir
un formulaire sur une page web.
'Poussez' votre projet vers le serveur central en utilisant :
$ git push git://serveur.central/chemin/du/proj.git HEAD
Pour obtenir les sources, un développeur saisit :
$ git clone git://serveur.central/chemin/du/proj.git
Après avoir fait des modifications, le développeur les enregistre en local :
$ git commit -a
Pour se mettre à jour par rapport à la dernière version :
$ git pull
Tout conflit lors de la fusion doit être résolu puis validé :
$ git commit -a
Pour envoyer les modifications locales vers le dépôt central :
$ git push
Si le serveur principal a de nouvelles modifications dues à d'autres
développeurs, l'envoi échoue et le développeur doit se mettre à jour de la
dernière version, résoudre les éventuels conflits de fusion, puis essayer à
nouveau.
=== Dépôts nus ===
Un dépôt nu (*bare repository*) est nommé ainsi car il n'a pas de dossier de
travail : il ne contient que des fichiers qui sont normalement cachés dans le
sous dossier `.git`. En d'autres termes, il ne conserve que l'historique d'un
projet et ne contient jamais le rendu d'une version donnée.
Un dépôt nu joue un rôle similaire à celui du serveur principal dans un système
de gestion de versions centralisé : le réceptacle de vos projets. Les
développeurs clonent vos projets à partir de celui-ci et y poussent les
dernières modifications officielles. En général il est placé sur un serveur qui
ne fait quasiment que ce travail de distribution de l'information. Le
développement s'opère sur les clones de sorte que le dépôt principal peut se
passer d'un dossier de travail.
Beaucoup des commandes de Git échouent sur un dépôt nu tant que la variable
d'environnement `GIT_DIR` n'est pas renseignée avec le chemin vers le dépôt ou
que l'option `--bare` n'est pas utilisée.
=== Envoi vs rapatriement (push vs pull) ===
Pourquoi a-t-on introduit la commande `push` (_pousser_ ou _envoyer_) au lieu
de se contenter de la commande `pull` (_tirer_ ou _rapatrier_) plus familière ?
Premièrement, la commande `pull` échoue sur un dépôt nu : il faut y utiliser la
commande `fetch` dont nous parlerons plus tard. Mais même si nous conservions
un dépôt standard sur le serveur central, y rapatrier les modifications serait
peu pratique. Nous devrions d'abord nous connecter au serveur et donner en
argument à la commande `pull` l'adresse de la machine depuis laquelle nous
souhaitons rapatrier des modifications. Des pare-feux peuvent éventuellement
nous embêter, et comment faire si nous n'avons pas d'accès `shell` au serveur ?
Quoi qu'il en soit, ce cas mis à part, nous décourageons l'envoi ( en
comparaison du rapatriement ) parce que cela peut entraîner des confusions
lorsque la destination possède un dossier de travail.
En résumé, pendant votre phase d'apprentissage de Git, n'utilisez l'envoi
( push ) que lorsque la destination est un dépôt nu ; sinon rapatriez ( pull ).
=== Forker un projet ===
Vous en avez marre de la manière dont est géré un projet ? Vous pensez pouvoir
faire mieux ? Dans ce cas, sur votre serveur :
$ git clone git://serveur.principal/chemin/vers/les/fichiers
Ensuite, informez tout le monde du fork de ce projet sur votre serveur.
Par la suite, vous pouvez fusionner les modifications venant du projet originel
grâce à :
$ git pull
=== Système ultime de sauvegarde ===
Vous voulez des archives redondantes et géographiquement distribuées,
permettant de faire face à un désastre ? Si votre projet a beaucoup de
développeurs, ne faites rien ! Chaque clone de votre code est de fait une
sauvegarde. Non seulement de l'état actuel, mais de l'historique complet. Grâce
aux empreintes cryptographiques, si le clone de quelqu'un est corrompu, il sera
repéré dès qu'il tentera de communiquer avec d'autres.
Si votre projet n'est pas si populaire, trouvez autant de serveurs que possible
afin d'héberger vos clones.
Le vrai paranoïaque devrait toujours noter la dernière empreinte SHA1 de 20
octets du HEAD dans un endroit sûr. Ce doit être sûr, pas privé. Par exemple,
la publier dans un quotidien marcherait bien, parce qu'il est difficile de
réaliser une attaque modifiant l'ensemble des exemplaires d'un journal.
=== Le multi-tâche à la vitesse de la lumière ===
Imaginons que vous souhaitiez travailler sur plusieurs fonctionnalités en
parallèle. Dans ce cas validez (`commit`) votre projet et lancez :
$ git clone . /un/nouveau/dossier
Grâce aux http://fr.wikipedia.org/wiki/Lien_mat%C3%A9riel[liens matériels], les
clones locaux sont créés plus rapidement et occupent moins de place que de
simples copies.
Vous pouvez maintenant travailler simultanément sur deux fonctionnalités
indépendantes. Par exemple vous pouvez modifier l'un des clones pendant que
l'autre est en cours de compilation. À tout moment vous pouvez valider
(`commit`) vos modifications puis rapatrier (`pull`) les modifications depuis
l'autre clone.
$ git pull /mon/autre/clone HEAD
=== Guérilla de la gestion de versions ===
Alors que vous travaillez sur un projet qui utilise un autre système de gestion
de versions, Git vous manque ? Dans ce cas, initialisez un dépôt Git dans votre
dossier de travail.
$ git init
$ git add .
$ git commit -m "Commit initial"
puis clonez-le :
$ git clone . /un/nouveau/dossier
Allez ensuite dans le nouveau dossier et travaillez plutôt là, utilisant Git
comme vous le voulez. De temps à autre, quand vous voulez vous synchroniser
avec les autres, rendez-vous dans le dossier de départ, synchronisez-le en
utilisant l'autre système de gestion de version, puis saisissez :
$ git add .
$ git commit -m "Synchro avec les autres"
Ensuite allez dans le nouveau dossier et lancez :
$ git commit -a -m "Description de mes modifications"
$ git pull
La procédure pour partager vos modifications avec les autres dépend de l'autre
système de gestion de versions. Le nouveau dossier contient les fichiers avec
vos modifications. Lancez toute commande de l'autre système de gestion de
versions nécessaire pour les envoyer au dépôt central.
Subversion, qui est peut être le meilleur système de gestion de versions
centralisé est utilisé par d'innombrables projets. La commande *git svn*
automatise la procédure ci-dessus pour les dépôts Subversion, et peut aussi
être utilisée pour exporter un projet Git vers un dépôt Subversion.
=== Mercurial ===
Mercurial est un système de gestion de versions similaire qui peut travailler
quasiment sans heurt avec Git. Avec le plugin `hg-git` un utilisateur de
Mercurial peut, sans rien perdre, envoyer (push) vers ou rapatrier (pull)
depuis un dossier Git.
Téléchargez le plugin `hg-git` avec Git :
$ git clone git://github.com/schacon/hg-git.git
ou Mercurial:
$ hg clone http://bitbucket.org/durin42/hg-git/
Malheureusement, il ne semble pas y avoir de plugin analogue pour Git. Pour
cette raison, il semble préférable d'utiliser Git plutôt que Mercurial pour le
dépôt principal. Avec un dépôt Mercurial, il faut généralement un volontaire
qui maintienne un dépôt Git en parallèle alors que, grâce au plugin `hg-git`,
un dépôt Git fait l'affaire même pour les utilisateurs de Mercurial.
Bien que ce plugin puisse convertir un dépôt Mercurial en un dépôt Git en le
poussant dans un dépôt vide, cette tâche est plus simple avec le script
`hg-fast-export-git`, disponible via :
$ git clone git://repo.or.cz/fast-export.git
Pour faire une conversion, dans un nouveau dossier :
$ git init
$ hg-fast-export.sh -r /depot/hg
ceci après avoir ajouté le script à votre `$PATH`.
=== Bazaar ===
Nous allons rapidement évoquer Bazaar parce que c'est le système de gestion de
versions distribué libre le plus populaire après Git et Mercurial.
Bazaar à l'avantage d'avoir plus de recul, étant donné qu'il est relativement
jeune ; ses concepteurs ont pu tirer les leçons du passé et éviter des petits
écueils historiques. De plus ses développeurs ont le souci de la portabilité et
de l'interopérabilité avec les autres systèmes de gestion de versions.
Un plugin `bzr-git` permet aux utilisateurs de Bazaar de travailler avec les
dépôts Git dans une certaine mesure, et permet de le faire de manière
incrémentale, tandis que `bzr-fast-export` est fait pour les conversions
uniques.
=== Pourquoi j'utilise Git ===
Au départ j'ai choisi Git parce que j'ai entendu qu'il gérait
l'inimaginablement ingérable source du noyaux Linux. Je n'ai jamais ressenti le
besoin d'en changer. Git m'a rendu de fiers services et je ne me suis toujours
pas heurté à ses limites. Comme j'utilise surtout Linux, les éventuels
problèmes sur d'autres plateformes n'entrent pas en ligne de compte.
De plus je préfère les programmes C et les scripts bash aux exécutables comme
les scripts Pythons : il y a moins de dépendances et je suis accro aux temps
d'exécution rapides.
J'ai réfléchi à la manière d'améliorer Git, allant jusqu'à écrire mes propres
outils de type Git, mais uniquement à des fins de recherche. Même si j'avais
terminé ce projet j'aurais tout de même continué avec Git vu que les avantages
sont trop peu significatifs pour justifier l'utilisation d'un système farfelu.
Bien sur, vos besoins et envies diffèrent sûrement et vous pouvez très bien
vous trouver mieux avec un autre système. Néanmoins vous ne pouvez pas faire
une grosse erreur en choisissant Git.
// LocalWords: visual-line checkout Git doc Clonons clonage synchros tar rsync
// LocalWords: git HEAD init add bare mkdir proj.git cd DIR daemon detach web
// LocalWords: tourne-t-il push repository clonent fetch pare-feux shell Forker
// LocalWords: fork cryptographiques SHA multi-tâche clonez-le synchronisez-le
// LocalWords: Synchro svn Mercurial plugin hg-git Téléchargez hg-fast-export.sh
// LocalWords: hg-fast-export-git PATH Bazaar portabilité l'interopérabilité
// LocalWords: bzr-git incrémentale bzr-fast-export l'inimaginablement ingérable
// LocalWords: Linux plateformes bash accro
Jump to Line
Something went wrong with that request. Please try again.