Skip to content
Find file
Fetching contributors…
Cannot retrieve contributors at this time
667 lines (527 sloc) 28.4 KB

% Syntaxe des fonctions

Filtrage par motif

quatre !

Ce chapitre couvrira certaines des constructions syntaxiques cool d'Haskell, et l'on va commencer par le filtrage par motif. Le filtrage par motif consiste à spécifier des motifs auxquels une donnée doit se conformer, puis vérifier si c'est le cas en déconstruisant la donnée selon ces motifs.

Lorsque vous définissez des fonctions, vous pouvez définir des corps de fonction séparés pour différents motifs. Cela amène à un code très clair et lisible. Vous pouvez filtrer par motif tout type de donnée - des nombres, des caractères, des listes, des tuples, etc. Créons une fonction triviale qui vérifie si le nombre fourni est sept ou non.

lucky :: (Integral a) => a -> String lucky 7 = "LUCKY NUMBER SEVEN!" lucky x = "Sorry, you're out of luck, pal!"

Lorsque vous appelez lucky, les motifs seront vérifiés de haut en bas, et lorsque le paramètre se conforme à un motif, le corps de fonction correspondant sera utilisé. Ici, le seul moyen pour un nombre de correspondre au premier motif est pour lui d'être le nombre 7. Si ce n'est pas le cas, on passe au second motif, qui accepte tout paramètre et l'attache au nom x. Cette fonction aurait pu être implémentée à l'aide d'une construction if. Mais, si l'on voulait que la fonction énonce les nombres entre 1 et 5, et déclare "Not between 1 and 5" pour tout autre nombre ? Sans filtrage par motif, nous devrions utiliser un arbre de constructions if then else plutôt alambiqué. Cependant, avec le filtrage :

sayMe :: (Integral a) => a -> String sayMe 1 = "One!" sayMe 2 = "Two!" sayMe 3 = "Three!" sayMe 4 = "Four!" sayMe 5 = "Five!" sayMe x = "Not between 1 and 5"

Remarquez que si nous avions mis le dernier motif (celui qui attrape tout) tout en haut, la fonction répondrait toujours "Not between 1 and 5", car le motif attraperait tous les nombres, et ils n'auraient pas l'opportunité d'être testés contre les autres motifs.

Rappelez-vous de la fonction factorielle qu'on avait implémentée auparavant. Nous l'avions défini pour un nombre n comme product [1..n]. On peut également la définir de manière récursive, comme en mathématiques. On commence par dire que la factorielle de 0 est 1. Puis, on dit que la factorielle d'un entier positif est égale au produit de cet entier et de la factorielle de son prédécesseur. En Haskell :

factorial :: (Integral a) => a -> a factorial 0 = 1 factorial n = n * factorial (n - 1)

C'est la première fois qu'on définit une fonction récursivement. La récursivité est importante en Haskell, et nous y reviendrons plus en détail. Rapidement, ce qui se passe si l'on demande la factorielle de 3. Il essaie de calculer 3 * factorial 2. La factorielle de 2 est 2 * factorial 1, donc on a 3 * (2 * factorial 1). factorial 1 vaut 1 * factorial 0, donc on a 3 * (2 * (1 * factorial 0)). Ici est l'astuce, on a défini factorielle de 0 comme 1, et puisque ce motif vient avant celui qui accepte tout, cela retourne 1. Le résultat final est donc équivalent à 3 * (2 * (1 * 1)). Si nous avions placé le second motif au dessus du premier, il attraperait tous les nombres, y compris 0, et le calcul ne terminerait jamais. C'est pourquoi l'ordre est important dans la spécification des motifs, et il est toujours préférable de préciser les motifs les plus spécifiques en premier, et les plus généraux ensuite.

Le filtrage par motif peut aussi échouer. Si l'on définit une fonction :

charName :: Char -> String charName 'a' = "Albert" charName 'b' = "Broseph" charName 'c' = "Cecil"

et qu'on essaie de l'appeler avec une entrée inattendue, voilà ce qui arrive :

ghci> charName 'a' "Albert" ghci> charName 'b' "Broseph" ghci> charName 'h' "*** Exception: tut.hs:(53,0)-(55,21): Non-exhaustive patterns in function charName

Il se plaint que les motifs ne soient pas exhaustifs, et il a raison. Lorsqu'on utilise des motifs, il faut toujours penser à inclure un motif qui attrape le reste de façon à ce que le programme ne plante pas sur une entrée inattendue.

Le filtrage de motifs s'utilise aussi sur les tuples. Comment écrire une fonction qui prend deux vecteurs en 2D (sous forme de paire) et les somme ? Pour sommer les deux vecteurs, on somme séparément les composantes en x et les composantes en y. Voilà ce que nous aurions fait sans filtrage par motif :

addVectors :: (Num a) => (a, a) -> (a, a) -> (a, a) addVectors a b = (fst a + fst b, snd a + snd b)

Bon, ça marche, mais il y a une meilleure façon de faire. Utilisons le filtrage par motif.

addVectors :: (Num a) => (a, a) -> (a, a) -> (a, a) addVectors (x1, y1) (x2, y2) = (x1 + x2, y1 + y2)

Et voilà ! Beaucoup mieux. Remarquez que ceci est déjà un motif attrape-tout. Le type de addVectors (dans les deux cas) est addVectors :: (Num a) => (a, a) -> (a, a) - > (a, a), donc nous sommes certains d'avoir deux paires en paramètres.

fst et snd extraient les composantes d'une paire. Mais pour des triplets ? Eh bien, il n'y a pas de fonction fournie pour faire ça. On peut tout de même l'écrire nous même.

first :: (a, b, c) -> a first (x, _, _) = x

second :: (a, b, c) -> b second (_, y, _) = y

third :: (a, b, c) -> c third (_, _, z) = z

Le _ signifie la même chose que dans les listes en compréhension. Il signifie qu'on se fiche complètement de ce que cette partie est, donc on met juste un _.

Ce qui me fait penser, vous pouvez aussi utiliser des motifs dans les listes en compréhension. Voyez par vous-même :

ghci> let xs = [(1,3), (4,3), (2,4), (5,3), (5,6), (3,1)] ghci> [a+b | (a,b) <- xs] [4,7,6,8,11,4]

Si un filtrage échoue, ça passera simplement au prochain élément.

Les listes peuvent elles-même être utilisées pour le filtrage. Vous pouvez filtrer la liste vide [], ou un motif incluant : et la liste vide. Puisque [1, 2, 3] est juste du sucre syntaxique pour 1:2:3:[], vous pouvez utiliser ce premier. Un motif de la forme x:xs attachera la tête à x et le reste à xs, même s'il n'y a qu'un seul élément, auquel cas xs sera la liste vide.

**Note :** Le motif `x:xs` est très utilisé, particulièrement dans les fonctions récursives. Mais les motifs qui ont un `:` ne peuvent valider que des listes de longueur 1 ou plus.

Si vous désirez lier, mettons, les trois premiers éléments à trois variables, et le reste de la liste à une autre variable, vous pouvez utiliser un motif comme x:y:z:xs. Il ne validera que des listes qui ont trois éléments ou plus.

Maintenant que l'on sait utiliser le filtrage par motif sur des listes, implémentons notre fonction head.

head' :: [a] -> a head' [] = error "Can't call head on an empty list, dummy!" head' (x:_) = x

Vérifions :

ghci> head' [4,5,6] 4 ghci> head' "Hello" 'H'

Cool ! Remarquez, si l'on souhaite lier plusieurs variables (même si l'une d'entre elles est _ et ne lie pas vraiment), il faut les mettre entre parenthèses. Remarquez aussi la fonction error qu'on a utilisée. Elle prend une chaîne de caractères et génère une erreur à l'exécution, en utilisant cette chaîne pour indiquer quel genre d'erreur s'est produit. Elle fait planter le programme, donc il ne faut pas trop l'utiliser. Mais appeler head sur une liste vide n'a pas vraiment de sens.

Créons une fonction triviale qui nous dit quelques éléments d'une liste en anglais.

tell :: (Show a) => [a] -> String tell [] = "The list is empty" tell (x:[]) = "The list has one element: " ++ show x tell (x:y:[]) = "The list has two elements: " ++ show x ++ " and " ++ show y tell (x:y:_) = "This list is long. The first two elements are: " ++ show x ++ " and " ++ show y

Cette fonction est sûre car elle prend soin de la liste vide, d'une liste singleton, d'une liste à deux éléments, et d'une liste à plus de deux éléments. Remarquez que (x:[]) et (x:y:[]) pourraient être réécrits respectivement [x] et [x, y] (ceci étant du sucre syntaxique, on n'a plus besoin des parenthèses). On ne peut pas réécrire (x:y:_) de manière analogue car le motif attrape toutes les listes de taille supérieure à 2.

Nous avons déjà implémenté length à l'aide d'une liste en compréhension. Utilisons à présent du filtrage par motif et de la récursivité :

length' :: (Num b) => [a] -> b length' [] = 0 length' (_:xs) = 1 + length' xs

C'est très similaire à la fonction factorielle écrite plus tôt. D'abord, on définit le résultat d'une entrée particulière - la liste vide. On parle de cas de base. Puis dans le second motif, on démonte une liste en séparant sa tête et sa queue. On dit alors que la longueur est égale à 1 plus la longueur de la queue. On utilise _ pour filtrer la tête car on se fiche de sa valeur. Remarquez aussi qu'on a pris en compte tous les cas possibles. Le premier motif accepte une liste vide, le second accepte toute liste non vide.

Voyons ce qui se passe lorsqu'on appelle length' sur "ham". D'abord, on vérifie si c'est une liste vide. Ce n'est pas le cas, on descend au second motif. Le second motif est validé, et la longueur à calculer est 1 + length' "am", car on a cassé la liste entre tête et queue, et jeté la tête. Ok. La length' de "am" est, similairement, 1 + length' "m". Donc, pour l'instant, nous avons 1 + (1 + length' "m"). length' "m" vaut 1 + length' "" (qu'on peut aussi écrire 1 + length' []). Et nous avons défini length' [] comme 0. Donc, au final on a 1 + (1 + (1 + 0)).

Implémentons sum. On sait que la somme d'une liste vide est 0. On l'écrit comme un motif. Ensuite, on sait que la somme d'une liste est égale à la tête plus la somme du reste. Cela donne :

sum' :: (Num a) => [a] -> a sum' [] = 0 sum' (x:xs) = x + sum' xs

Il y a aussi quelque chose qu'on appelle des motifs nommés. C'est une manière pratique de détruire quelque chose selon un motif tout en gardant une référence à la chose entière. Vous pouvez utiliser un @ devant le motif à cet effet. Par exemple, le motif xs@(x:y:ys). Ce motif acceptera exactement les mêmes choses que x:y:ys, mais vous pourrez facilement désigner la liste complète via xs au lieu de réécrire x:y:ys dans le corps de la fonction. Exemple simple :

capital :: String -> String capital "" = "Empty string, whoops!" capital all@(x:xs) = "The first letter of " ++ all ++ " is " ++ [x]

ghci> capital "Dracula" "The first letter of Dracula is D"

Normalement, on utilise des motifs nommés pour éviter de se répéter quand on filtre un gros motif mais qu'on a besoin de la chose entière à nouveau dans le corps de la fonction.

Autre chose - vous ne pouvez pas utiliser ++ dans les motifs. Si vous essayez de filtrer (xs ++ ys), qu'est-ce qui irait dans la première ou dans la seconde liste ? Ça n'a pas trop de sens. Cela aurait du sens de filtrer contre (xs ++ [x, y, z]) ou juste (xs ++ [x]), mais par nature des listes, cela est impossible.

Gardes, gardes !

gardes

Alors que les motifs sont un moyen de vérifier qu'une valeur se conforme à une forme et de la déconstruire, les gardes permettent de vérifier si des propriétés d'une valeur (ou de plusieurs d'entre elles) sont vraies ou fausses. Ça ressemble étrangement à ce que fait une structure if, et c'est en fait très similaire. Le truc, c'est que les gardes sont plus lisibles lors de multiples conditions, et elles fonctionnent très bien en combinaison avec les motifs.

Plutôt que d'expliquer leur syntaxe, plongeons plutôt dans le bain et créons une fonction avec des gardes. Nous allons faire une fonction qui vous classe en fonction de votre IMC (indice de masse corporelle, BMI en anglais pour body mass index). Si votre IMC est inférieur à 18.5, vous êtes considéré en sous-poids. S'il est entre 18.5 et 25, c'est normal. 25 à 30 correspond à un surpoids, et plus de 30 à de l'obésité. Voici la fonction (pour l'instant, elle ne va pas calculer l'indice, juste prendre un indice et vous donner votre classification).

bmiTell :: (RealFloat a) => a -> String bmiTell bmi | bmi <= 18.5 = "You're underweight, you emo, you!" | bmi <= 25.0 = "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!" | bmi <= 30.0 = "You're fat! Lose some weight, fatty!" | otherwise = "You're a whale, congratulations!"

Les gardes sont indiquées par des barres verticales à la suite d'une fonction et de ses paramètres. Elles sont généralement indentées un peu à droite et alignées. Une garde est simplement une expression booléenne. Si elle est évaluée à True, le corps de la fonction correspondant est utilisé. Si elle s'évalue à False, la vérification prend la prochaine garde, etc. Si on appelle cette fonction avec 24.3, elle va d'abord vérifier si c'est plus grand ou égal à 18.5. Puisque ce n'est pas le cas, elle passe à la prochaine garde. La vérification est effectuée avec la deuxième garde, et puisque 24.3 est inférieur à 25.0, la second chaîne est retournée.

Cela rappelle fortement les grands arbres de if else dans les langages impératifs, seulement c'est beaucoup mieux et plus lisible. Alors que les grands arbres de if else sont généralement boudés, parfois un problème est défini de telle sorte que l'on ne peut pas vraiment les éviter. Les gardes sont une alternative à cela.

Très souvent, la dernière garde est otherwise. otherwise est simplement définie comme otherwise = True et attrape donc tout. C'est très similaire aux motifs, sauf qu'eux vérifient que l'entrée satisfait un motif alors que les gardes vérifient des conditions booléennes. Si toutes les gardes d'une fonction sont évaluées à False (donc, qu'on n'a pas fourni de garde otherwise qui vaut toujours True), l'évaluation passe au motif suivant. C'est ainsi que les motifs et les gardes s'entendent bien. Si aucune combinaison de gardes et de motifs n'est satisfaite, une erreur est levée.

Bien sûr, on peut utiliser les gardes sur des fonctions qui prennent autant de paramètres que l'on souhaite. Plutôt que de calculer son IMC avant d'appeler la fonction, modifions-là pour qu'elle prenne notre taille et notre masse et le calcule pour nous.

bmiTell :: (RealFloat a) => a -> a -> String bmiTell weight height | weight / height ^ 2 <= 18.5 = "You're underweight, you emo, you!" | weight / height ^ 2 <= 25.0 = "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!" | weight / height ^ 2 <= 30.0 = "You're fat! Lose some weight, fatty!" | otherwise = "You're a whale, congratulations!"

Voyons si je suis gros…

ghci> bmiTell 85 1.90 "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!"

Youpi ! Je ne suis pas gros ! Mais Haskell vient de me traiter de moche. Peu importe !

Notez qu'il n'y a pas de `=` après les paramètres et avant les gardes. Beaucoup de débutants font des erreurs de syntaxe en le mettant ici.

Un autre exemple simple : implémentons notre propre fonction max. Si vous vous souvenez, elle prend deux choses comparables et retourne la plus grande d'entre elles.

max' :: (Ord a) => a -> a -> a max' a b | a > b = a | otherwise = b

Vous pouvez aussi écrire les gardes sur la même ligne, bien que je le déconseille car c'est moins lisible, même pour des fonctions courtes. À titre d'exemple, on aurait pu écrire :

max' :: (Ord a) => a -> a -> a max' a b | a > b = a | otherwise = b

Erf ! Pas très lisible tout ça ! Passons : implémentons notre propre compare à l'aide de gardes.

myCompare :: (Ord a) => a -> a -> Ordering a myCompare b | a > b = GT | a == b = EQ | otherwise = LT

ghci> 3 myCompare 2 GT

Note : Non seulement pouvons-nous appeler des fonctions de manière infixe avec des apostrophes renversées, on peut également les définir de cette manière. Parfois, c'est plus simple à lire comme ça.

Où !?

Dans la section précédente, nous définissions le calculateur d'IMC ainsi :

bmiTell :: (RealFloat a) => a -> a -> String bmiTell weight height | weight / height ^ 2 <= 18.5 = "You're underweight, you emo, you!" | weight / height ^ 2 <= 25.0 = "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!" | weight / height ^ 2 <= 30.0 = "You're fat! Lose some weight, fatty!" | otherwise = "You're a whale, congratulations!"

Remarquez-vous comme on se répète trois fois ? On se répète, trois fois. Se répéter (trois fois) lorsqu'on programme est aussi souhaitable qu'un coup de pied dans la tronche. Plutôt que de répéter la même expression trois fois, il serait idéal de la calculer une fois, de lier le résultat à un nom, et d'utiliser ce nom partout en lieu et place de l'expression. Eh bien, on peut modifier la fonction ainsi :

bmiTell :: (RealFloat a) => a -> a -> String bmiTell weight height | bmi <= 18.5 = "You're underweight, you emo, you!" | bmi <= 25.0 = "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!" | bmi <= 30.0 = "You're fat! Lose some weight, fatty!" | otherwise = "You're a whale, congratulations!" where bmi = weight / height ^ 2

Le mot-clé where est placé après les gardes (qu'on indente généralement autant que les gardes) et est suivi de plusieurs définitions de noms ou de fonctions. Ces noms sont visibles à travers toutes les gardes, ce qui nous donne l'avantage de ne pas avoir à nous répéter. Si on décide de calculer l'IMC différemment, il suffit de changer la formule à un endroit. Cela facilite aussi la lisibilité en donnant des noms aux choses, et peut rendre votre programme plus rapide puisque la variable bmi est ici calculée une unique fois. On pourrait faire un peu plus de zèle et écrire :

bmiTell :: (RealFloat a) => a -> a -> String bmiTell weight height | bmi <= skinny = "You're underweight, you emo, you!" | bmi <= normal = "You're supposedly normal. Pffft, I bet you're ugly!" | bmi <= fat = "You're fat! Lose some weight, fatty!" | otherwise = "You're a whale, congratulations!" where bmi = weight / height ^ 2 skinny = 18.5 normal = 25.0 fat = 30.0

Les noms qu'on définit dans la section where d'une fonction ne sont visibles que pour cette fonction, donc on n'a pas à se préoccuper de polluer l'espace de nommage d'autres fonctions. Remarquez que tous les noms sont alignés sur une même colonne. Si ce n'était pas le cas, Haskell serait confus car il ne saurait pas vraiment s'ils font partie du même bloc de définitions.

Les liaisons créés dans des clauses where ne sont pas partagées par les corps de différentes fonctions. Si vous voulez que plusieurs fonctions aient accès au même nom, il faut le définir globalement.

Vous pouvez aussi utiliser les liaisons where pour du filtrage par motif ! On aurait pu réécrire la section where précédente comme :

… where bmi = weight / height ^ 2 (skinny, normal, fat) = (18.5, 25.0, 30.0)

Créons une autre fonction triviale qui prend un prénom, un nom, et renvoie les initiales.

initials :: String -> String -> String initials firstname lastname = [f] ++ ". " ++ [l] ++ "." where (f:) = firstname (l:) = lastname

Bon, on aurait pu faire le filtrage par motif directement dans les paramètres de la fonction (c'était plus court et plus clair à vrai dire), mais c'est juste histoire de montrer qu'on peut aussi le faire dans les liaisons du where.

Comme nous avions défini des constantes dans les blocs where, on peut également y définir des fonctions. Pour continuer sur le thème de la programmation diététique, créons une fonction qui prend une liste de paires masse-taille et retourne une liste d'IMC.

calcBmis :: (RealFloat a) => [(a, a)] -> [a] calcBmis xs = [bmi w h | (w, h) <- xs] where bmi weight height = weight / height ^ 2

Et c'est tout ! La raison pour laquelle nous avons introduit bmi en tant que fonction ici est qu'il y a plus d'un IMC à calculer. Il faut examiner toute la liste, et calculer un IMC différent pour chaque paire.

Les liaisons where peuvent aussi être imbriquées. C'est un idiome habituel de créer une fonction et de définir des fonctions auxiliaires dans sa clause where et de définir des fonctions auxiliaires à ces fonctions auxiliaires dans leur clause where.

Let it be

Les liaisons let sont très similaires aux liaisons where. Les liaisons where sont une construction syntaxique permettant de lier des variables en fin de fonction, visibles depuis toute la fonction, y compris les gardes. Les liaisons let vous permettent de lier à des variables n'importe où, et sont elles-mêmes des expressions, mais très locales, donc elles ne sont pas visibles à travers les gardes. Comme toutes les constructions Haskell qui lient des valeurs à des noms, elles supportent le filtrage par motif. Voyons plutôt en action ! Voici comment l'on définit une fonction qui nous donne la surface d'un cylindre à partir de sa hauteur et de son rayon :

cylinder :: (RealFloat a) => a -> a -> a cylinder r h = let sideArea = 2 * pi * r * h topArea = pi * r ^2 in sideArea + 2 * topArea

let it be

La liaison est de la forme let <bindings> in <expression>. Les noms que vous définissez dans let sont accessibles dans l'expression qui suit le in.

La différence, c'est que les liaisons let sont elles-mêmes des expressions. Là où les liaisons where sont seulement des constructions syntaxiques. Vous vous souvenez que nous avions vu qu'une construction if était une expression, et que par conséquent vous pouviez l'utiliser n'importe où ?

ghci> [if 5 > 3 then "Woo" else "Boo", if 'a' > 'b' then "Foo" else "Bar"] ["Woo", "Bar"] ghci> 4 * (if 10 > 5 then 10 else 0) + 2 42

Il en va de même des liaisons let.

ghci> 4 * (let a = 9 in a + 1) + 2 42

On peut aussi introduire des fonctions à visibilité locale :

ghci> [let square x = x * x in (square 5, square 3, square 2)] [(25,9,4)]

Pour définir plusieurs liaisons sur la même ligne, on ne peut évidemment pas les aligner sur la même colonne. On peut donc utiliser des points-virgules comme séparateurs.

ghci> (let a = 100; b = 200; c = 300 in abc, let foo="Hey "; bar = "there!" in foo ++ bar) (6000000,"Hey there!")

Le point-virgule situé après la dernière liaison n'est pas nécessaire, mais peut être écrit à votre convenance. Comme on l'a vu, vous pouvez utiliser du filtrage par motif. C'est très utile pour démanteler rapidement un tuple en ses composantes et donner un nom à chacune d'elles :

ghci> (let (a,b,c) = (1,2,3) in a+b+c) * 100 600

Vous pouvez aussi mettre des liaisons let dans une liste en compréhension. Réécrivons l'exemple précédent du calcul de l'IMC sur des listes de paires masse-taille, en plaçant un let dans une liste en compréhension plutôt que d'utiliser un where.

calcBmis :: (RealFloat a) => [(a, a)] -> [a] calcBmis xs = [bmi | (w, h) <- xs, let bmi = w / h ^ 2]

Nous incluons un let dans une liste en compréhension comme un prédicat, seulement qu'il ne filtre pas la liste, mais lie des noms. Les noms définis dans le let dans la compréhension sont visibles de la fonction de retour ( celle qui est avant le |) et de tous les prédicats et sections qui viennent après la liaison. On pourrait faire une fonction qui ne retourne que les IMC des personnes obèses :

calcBmis :: (RealFloat a) => [(a, a)] -> [a] calcBmis xs = [bmi | (w, h) <- xs, let bmi = w / h ^ 2, bmi >= 25.0]

On ne peut pas utiliser bmi dans la partie (w, h) <- xs car elle est définie avant la liaison let.

Nous avons omis la partie in de la liaison let lorsqu'on l'utilisait dans des listes en compréhension, parce que la visibilité des noms est déjà prédéfinie ici. Cependant, on pourrait placer une liaison let dans un prédicat afin que les noms définis ne soient visibles que du prédicat. La partie in peut aussi être omise lorsqu'on définit des fonctions et des constantes directement dans GHCi. Dans ce cas, les noms sont visibles de toute la session interactive.

ghci> let zoot x y z = x * y + z ghci> zoot 3 9 2 29 ghci> let boot x y z = x * y + z in boot 3 4 2 14 ghci> boot :1:0: Not in scope: `boot'

Si les liaisons let sont cool, pourquoi ne pas les utiliser tout le temps, au lieu d'avoir recours à des liaisons where, vous vous demandez ? Eh bien, puisque les liaisons let sont des expressions très locales dans leur visibilité, on ne peut pas les utiliser à travers les gardes. Certaines personnes préfèrent également que les liaisons where se situent après les fonctions qui s'en servent. De cette manière, le corps de la fonction est plus proche de son nom, de sa déclaration de type, et le tout est plus lisible.

Expressions case

attaché-case

Beaucoup de langages impératifs (C, C++, Java, etc.) ont une syntaxe case, et si vous avez déjà programmé dans ceux-ci, vous savez probablement de quoi il s'agit. Il s'agit donc de prendre une variable, et d'exécuter un code spécifique en fonction de sa valeur, et éventuellement d'avoir un bloc attrape-tout si la variable a une valeur pour laquelle aucun cas n'est écrit.

Haskell prend ce concept, et l'améliore. Comme le nom l'indique, les expressions case sont, eh bien, des expressions, comme les expressions if else et les liaisons let. Non seulement on peut évaluer ces expressions selon plusieurs cas possibles de la valeur d'une variable, mais on peut aussi faire du filtrage par motif. Hmmm, prendre une variable, la filtrer par motif, évaluer des morceaux de code en fonction de sa valeur, est-ce qu'on n'aurait pas déjà fait ça auparavant ? Bien sûr, le filtrage par motif des paramètres d'une définition de fonction ! Eh bien, il s'agit en fait seulement d'un sucre syntaxique pour les expressions case. Ainsi, ces deux bouts de code sont parfaitement interchangeables :

head' :: [a] -> a head' [] = error "No head for empty lists!" head' (x:_) = x

head' :: [a] -> a head' xs = case xs of [] -> error "No head for empty lists!" (x:_) -> x

Comme vous pouvez le voir, la syntaxe des expressions case est plutôt simple :

case expression of pattern -> result pattern -> result pattern -> result …

expression est testée contre les motifs. L'action de filtrage est comme attendue : le premier motif qui correspond est utilisé. Si l'on parcourt toute l'expression case sans trouver de motif validé, une erreur d'exécution a lieu.

Alors que le filtrage par motif sur les paramètres d'une fonction ne peut se faire que dans la définition, les expressions case peuvent être utilisées à peu près partout. Par exemple :

describeList :: [a] -> String describeList xs = "The list is " ++ case xs of [] -> "empty." [x] -> "a singleton list." xs -> "a longer list."

Elles sont utiles pour faire du filtrage par motif sur des choses en plein milieu d'une expression. Du fait que le filtrage par motif dans les définitions de fonction est seulement du sucre syntaxique pour des expressions case, on aurait aussi pu définir :

describeList :: [a] -> String describeList xs = "The list is " ++ what xs where what [] = "empty." what [x] = "a singleton list." what xs = "a longer list."

Something went wrong with that request. Please try again.