Permalink
Switch branches/tags
Nothing to show
Find file Copy path
Fetching contributors…
Cannot retrieve contributors at this time
82 lines (67 sloc) 7.81 KB
title menu template created date modified itempage body_classes header_image base64_background base64_itembackground svg_icon taxonomy summary breadcrumbs simplesearch shortcode-core metadata significantlinks specialty
Robespierre et l'Angleterre
Robespierre
curtain
24-11-2015, 17:28
14-05-2017, 17:29
28-12-2017, 16:18
BlogPosting
header-image fullwidth
false
storagesquare
lyrainstrument
bulleoblique
category tag
blog
fr
Révolution Française
enabled format size
true
short
0
enabled
enabled
active
true
description keywords image image_height image_width image_title image_legend twitter:card
« En qualité de Français, de représentant du peuple, je déclare que je déteste le peuple anglais »!!!
Robespierre, Angleterre, Révolution française
robespierre_700x887.jpg
700
887
Robespierre
École française du XVIIIe siècle, Portrait de Maximilien Robespierre, musée Carnavalet
summary
histoire de France

! Beaucoup de choses sont dites sur Robespierre: à tort, à raison. Cette citation en est aussi une illustration.
! L'Angleterre est l'occasion de percevoir quelque chose d'essentiel sur la manière dont il conçoit l'humanité et la société.
! N'est-ce pas encore d'une certaine manière encore la nôtre?


En qualité de Français, de représentant du peuple, je déclare que je déteste le peuple anglais (...)
Je ne m'intéresse aux Anglais qu'en qualité d'homme; alors, j'avoue que j'éprouve quelque peine à en voir un si grand nombre soumis à des scélérats (...)
Cette peine chez moi est si grande que j'avoue que c'est dans la haine de son gouvernement que j'ai puisé celle que je porte à ce peuple.

===


![bonnet phrygien](./bonnet-phrygien.svg "bonnet phrygien"){.left}

[color=#df8a13]Texte intégral - le texte cité apparaît en couleur[/color]


[color=#df8a13]Robespierre:[/color] — On veut séparer le peuple anglais de son gouvernement ; je ne demande pas mieux, à condition qu'on distingue aussi le peuple anglais faisant la guerre à la liberté, conjointement avec son gouvernement, du peuple anglais punissant ce même gouvernement de ses attentats contre la liberté. Qu'est-ce que cette anglomanie, déguisée sous le masqué de la philanthropie, si ce n'est la conservation de l'ancien brissotisme, qui négligea le bonheur et la tranquillité de son pays pour aller s'occuper de la liberté de la Belgique ? (Applaudi.)

— Assurez votre liberté avant de vous occuper de celle des autres. (Applaudi.)

— Pourquoi veut-on que je distingue un peuple qui se rend complice des crimes de son gouvernement, de ce gouvernement si perfide ? Je n'aime pas les Anglais, moi (Applaudi), parce que ce mot me rappelle l'idée d'un peuple insolent osant faire la guerre au peuple généreux qui a reconquis sa liberté. Je n'aime pas les Anglais, parce qu'ils ont osé entrer dans Toulon pour y proclamer un roi ; ce que n'a pas voulu souffrir le peuple qui a reconquis ses droits. Je n'aime pas les Anglais, parce que leur gouvernement, perfidement machiavélique envers le peuple même, qui le souffre, parce que ce même gouvernement a osé dire et proclamer qu'il ne fallait garder aucune foi, aucune règle d'honneur avec les Français dans cette guerre, parce que c'était un peuple de rebelles qui avait foulé aux pieds les lois les plus saintes ; parce qu'une partie du peuple, les matelots, les soldats, à soutenu par les armes cette odieuse proclamation. [color=#df8a13]En qualité de Français, de représentant du peuple, je déclare que je hais le peuple anglais[/color]. (Applaudi.)

— Je déclare que j'augmenterai autant qu'il sera en moi la haine de mes compatriotes contre lui. Que m'importe ce qu'il en pense ! Je n'espère qu'en nos soldats et en la haine profonde qu'ont les Français pour ce peuple.

— [color=#df8a13]Je ne m'intéresse au peuple anglais qu'en qualité d'homme ; alors j'avoue que j'éprouve quelque peine à en voir un si grand nombre lâchement soumis à des scélérats[/color] qui les conduisent insolemment.

— [color=#df8a13]Cette peine chez moi est si grande que j'avoue que c'est dans ma haine pour son gouvernement que j'ai puisé celle que je porte à ce peuple[/color] ; qu'il le détruise donc, qu'il le brise. Jusqu'alors je lui voue une haine implacable. Qu'il anéantisse son gouvernement ; peut-être pourrions-nous encore l'aimer. Nous verrons si un peuple de marchands vaut un peuple agriculteur ; nous verrons si quelques vaisseaux valent nos terres fertiles. Il est quelque chose de plus méprisable encore qu'un tyran, ce sont des esclaves. (Applaudi. )

— On dit le roi Georges imbécile, et c'est bien prouvé ; mais ceux qui sont ses agents sont encore plus imbéciles que lui. On dit Pitt corrompu ; ceux qu'il emploie le sont bien davantage.

— Il est un parti de l'opposition ; à la bonne heure ! Nous allons bientôt voir de quoi il est capable ; nous allons voir les débats de la rentrée du parlement. Mais si les communes votent une adresse de remerciement, alors le peuple anglais ne vaut plus la peine d'être gouverné ; qu'on cesse de s'occuper de cette nation méprisable, Nous ne pourrions que l'aimer ou la craindre ; dans ce dernier cas, il faudrait la replonger dans l'Océan. Enfin, ce n'est point à nous à faire les frais de la révolution d'Angleterre. Qu'on voie ce peuple s'affranchir lui-même, et nous lui rendrons toute notre estime et notre amitié. Quant à nous, formons notre marine, serrons de toutes parts nos forces, et achevons paisiblement une révolution si heureusement commencée. Je réitère ma profession de foi : je détesterai de toute mon âme le peuple anglais tant qu'il sera asservi honteusement sous des despotes. Devenu libre, il aura peut-être encore des droits à mon admiration.


! source: ! “Discours sur les crimes du gouvernement anglais et sur les vices de ses finances, prononcé à la séance du 11 pluviôse an II de la République” [30 janvier 1794]. ! [Alphonse AULARD, La société des Jacobins recueil de documents pour l'étude de la société des Jacobins t. 5 p. 633 cité par Sophie WAHNICH](http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116856j/f640.image "http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k116856j/f640.image")